• Santé globale et prévention

    Examen et nettoyage dentaire

    Votre rendez-vous d’examen et de nettoyage dentaire sera recommandé sur une base régulière aux six à douze mois. La fréquence sera déterminée selon vos besoins, votre état médical et buccodentaire et selon la quantité de dépôts calcaires présents en bouche. Cette rencontre de 1-1 ½ heure débutera d’abord avec l’hygiéniste dentaire pour la prise de radiographie et le nettoyage de routine. Le dentiste fera par la suite l’examen approfondi des tissus, des gencives et des dents afin de pouvoir détecter toute problématique.

  • Première visite chez le dentiste

    La première visite chez le dentiste peut se faire environ six mois suivant l’éruption des premières dents primaires, soit vers l’âge de un an.

    Ce rendez-vous nous permet surtout d’établir un premier contact avec l’enfant et de l’initier à l’environnement de la clinique dentaire, de faire un dépistage sommaire et aussi de donner beaucoup d’information aux parents. Le dentiste vérifiera l’évolution de la croissance des mâchoires ainsi que la position des dents et de la langue. On profitera également de cette visite pour prodiguer des conseils d’hygiène bucco-dentaire pour les bébés ou les jeunes enfants, d’alimentation, de besoins en fluorure et sur certaines habitudes chez le bébé telles l’utilisation de la suce et la succion du pouce.

  • Dentisterie pédiatrique

     

    La suce et le pouce peuvent nuire aux dents de nos enfants. Le réflexe de succion est souhaitable et normal chez le nourrisson. Par contre, cette habitude devrait cesser vers l’âge de 3 ans. Passé cet âge, la croissance des maxillaires et la position des dents pourraient être perturbées.

    Le fluor offre une protection sans pareil contre la carie dentaire. Dès les premiers brossages, le dentifrice fluoré est recommandé. Par contre, pour prévenir son ingestion, il faut réduire la quantité de dentifrice à un grain de riz pour les enfants de moins de 2 ans.

    Les dents primaires préparent l’espace pour la dentition d’adulte. Il ne faut donc pas les perdre prématurément, sinon l’éruption des dents d’adultes sera forcement bousillée. De plus, une carie sur une dent primaire peut évoluer rapidement et peut causer de la douleur ou même de l’infection.

     

  • Scellants pour enfants

    Les scellants de puits et fissures (SPF) sont un moyen reconnu comme étant très efficace pour prévenir l’apparition de la carie. Pouvant aussi être faits sur les prémolaires, les scellants sont presque systématiquement recommandés vers l’âge de 6 ans pour protéger les premières molaires, et vers 12 ans pour les deuxièmes molaires. La procédure est simple, rapide et ne requiert aucune anesthésie. Elle consiste à nettoyer les sillons sur le dessus de la dent et à appliquer par la suite un « vernis » qui comblera et scellera toutes les crevasses, empêchant ainsi les débris alimentaires et les bactéries de s’y loger.

    vidéo SPF

  • Détection de cancers buccaux

    Selon les statistiques, près d’un Canadien sur deux sera touché par le cancer au cours de sa vie et chaque année, plus de 700 Québécois apprennent qu’ils ont le cancer de la bouche. Par contre, on sait que plus le cancer et découvert tôt, meilleures sont les chances de survie.

    Lors de l’examen bucco-dentaire, le dentiste fera un examen méticuleux de tous les tissus mous de la bouche. La langue, le palais, l’intérieur des joues, les glandes salivaires, l’oropharynx et les ganglions seront évalués pour s’assurer qu’aucune lésion n’y est présente.

    Nous sommes, au Centre de Santé Dentaire de Rimouski, en partenariat arec le CHRR pour préparer, supporter et suivre tous les patients traitées en radiothérapie pour les cancers de la sphère ORL.

     

  • Traitement de canal

    Le traitement de canal sert à désinfecter une dent qui sera désormais dévitalisée mais que l’on pourra tout de même conserver en bouche.  Plus souvent qu’autrement, ce traitement est effectué lorsqu’une carie volumineuse a atteint la pulpe, ou le nerf de la dent.  Dans plusieurs cas, c’est la seule procédure qui peut sauver une dent vouée à l’extraction. Lorsqu’une dent est en douleur aiguë et que celle-ci vous empêche de manger ou même de dormir, probablement que le traitement de canal s’impose. Il suffit à votre dentiste d’effectuer quelques tests cliniques ainsi que de prendre une radiographie afin de pouvoir confirmer la nécessité d’un tel traitement.

     

  • Traitement de canal, indications

    • Carie profonde ayant atteint le nerf d’une dent.
    • Abcès ou infection perceptible sur une radiographie dentaire.
    • Dent fracturée et ne pouvant être réparée par une simple obturation.
    • Nerf inflammé ou irrité par un traumatisme.
    • Nerf inflammé ou irrité par une restauration profonde existante.
    • Dent nécessitant un pivot comme support additionnel avant la pose d’une couronne.
  • Un traitement de canal (voir vidéo) est effectué sous anesthésie locale et est tout-à-fait sans douleur.  Deux séances à quelques semaines d’intervalle sont habituellement nécessaires pour compléter les soins.  Au premier rendez-vous, votre dentiste créera d’abord l’accès à la pulpe inflammée ou infectée pour pouvoir l’enlever et nettoyer le canal. Le dentiste se sert de petits instruments appelés «limes» ainsi que d’un liquide antiseptique pour désinfecter le ou les canaux. Généralement, les incisives et canines ont un canal, les prémolaires en ont jusqu’à deux et les molaires en possèdent deux, trois ou quatre, affectant ainsi la durée et les coûts du traitement.

     

  • Traitement de canal, deuxième rendez-vous

    Au deuxième rendez-vous, le dentiste procédera à l’obturation canalaire afin de sceller le canal et d’y empêcher toute entrée bactérienne.  Cette étape sera faite à l’aide d’un matériau ressemblant à un caoutchouc qui sera cimenté et compacté dans le canal. Le dentiste aura recours à la prise de radiographies pendant la procédure pour vérifier que toutes les étapes de la désinfection se rendent à l’apex, ou le bout de la racine, et de s’assurer que le canal est bien scellé sur tout son ensemble.

  • Traitement de canal, risques

    Il y a tout de même certains risques reliés au traitement de canal mais dans très peu de cas il y a échec. Le dentiste peut cependant demander consultation ou parfois avoir recours au spécialiste endodontiste si, par exemple, un instrument demeurait coincé dans un canal, si le canal s’avérait être calcifié et impossible à nettoyer, si les instruments déviaient du trajet canalaire et causait une perforation ou s’il n’y avait aucune amélioration radiographique après six mois.  Dans ces cas, l’endodontiste, souvent muni d’un appareil ultrasonique et du microscope, saura trouver la meilleure solution pour traiter la complication.

    Il est important de bien comprendre que le traitement de canal a pour but de désinfecter le nerf d’une dent qui a été agressé par une carie, une restauration profonde, une fracture ou un traumatisme. La dent sera dévitalisée, n’aura donc plus de sensibilité, mais ceci n’empêche en aucun cas une nouvelle carie de se developper dans l’émail de cette dent.

  • Santé globale et prévention

    Examen et nettoyage dentaire

    Votre rendez-vous d’examen et de nettoyage dentaire sera recommandé sur une base régulière aux six à douze mois. La fréquence sera déterminée selon vos besoins, votre état médical et buccodentaire et selon la quantité de dépôts calcaires présents en bouche. Cette rencontre de 1-1 ½ heure débutera d’abord avec l’hygiéniste dentaire pour la prise de radiographie et le nettoyage de routine. Le dentiste fera par la suite l’examen approfondi des tissus, des gencives et des dents afin de pouvoir détecter toute problématique.

  • Première visite chez le dentiste

    La première visite chez le dentiste peut se faire environ six mois suivant l’éruption des premières dents primaires, soit vers l’âge de un an.

    Ce rendez-vous nous permet surtout d’établir un premier contact avec l’enfant et de l’initier à l’environnement de la clinique dentaire, de faire un dépistage sommaire et aussi de donner beaucoup d’information aux parents. Le dentiste vérifiera l’évolution de la croissance des mâchoires ainsi que la position des dents et de la langue. On profitera également de cette visite pour prodiguer des conseils d’hygiène bucco-dentaire pour les bébés ou les jeunes enfants, d’alimentation, de besoins en fluorure et sur certaines habitudes chez le bébé telles l’utilisation de la suce et la succion du pouce.

  • Dentisterie pédiatrique

     

    La suce et le pouce peuvent nuire aux dents de nos enfants. Le réflexe de succion est souhaitable et normal chez le nourrisson. Par contre, cette habitude devrait cesser vers l’âge de 3 ans. Passé cet âge, la croissance des maxillaires et la position des dents pourraient être perturbées.

    Le fluor offre une protection sans pareil contre la carie dentaire. Dès les premiers brossages, le dentifrice fluoré est recommandé. Par contre, pour prévenir son ingestion, il faut réduire la quantité de dentifrice à un grain de riz pour les enfants de moins de 2 ans.

    Les dents primaires préparent l’espace pour la dentition d’adulte. Il ne faut donc pas les perdre prématurément, sinon l’éruption des dents d’adultes sera forcement bousillée. De plus, une carie sur une dent primaire peut évoluer rapidement et peut causer de la douleur ou même de l’infection.

     

  • Scellants pour enfants

    Les scellants de puits et fissures (SPF) sont un moyen reconnu comme étant très efficace pour prévenir l’apparition de la carie. Pouvant aussi être faits sur les prémolaires, les scellants sont presque systématiquement recommandés vers l’âge de 6 ans pour protéger les premières molaires, et vers 12 ans pour les deuxièmes molaires. La procédure est simple, rapide et ne requiert aucune anesthésie. Elle consiste à nettoyer les sillons sur le dessus de la dent et à appliquer par la suite un « vernis » qui comblera et scellera toutes les crevasses, empêchant ainsi les débris alimentaires et les bactéries de s’y loger.

    vidéo SPF

  • Détection de cancers buccaux

    Selon les statistiques, près d’un Canadien sur deux sera touché par le cancer au cours de sa vie et chaque année, plus de 700 Québécois apprennent qu’ils ont le cancer de la bouche. Par contre, on sait que plus le cancer et découvert tôt, meilleures sont les chances de survie.

    Lors de l’examen bucco-dentaire, le dentiste fera un examen méticuleux de tous les tissus mous de la bouche. La langue, le palais, l’intérieur des joues, les glandes salivaires, l’oropharynx et les ganglions seront évalués pour s’assurer qu’aucune lésion n’y est présente.

    Nous sommes, au Centre de Santé Dentaire de Rimouski, en partenariat arec le CHRR pour préparer, supporter et suivre tous les patients traitées en radiothérapie pour les cancers de la sphère ORL.

     

  • Traitement de canal

    Le traitement de canal sert à désinfecter une dent qui sera désormais dévitalisée mais que l’on pourra tout de même conserver en bouche.  Plus souvent qu’autrement, ce traitement est effectué lorsqu’une carie volumineuse a atteint la pulpe, ou le nerf de la dent.  Dans plusieurs cas, c’est la seule procédure qui peut sauver une dent vouée à l’extraction. Lorsqu’une dent est en douleur aiguë et que celle-ci vous empêche de manger ou même de dormir, probablement que le traitement de canal s’impose. Il suffit à votre dentiste d’effectuer quelques tests cliniques ainsi que de prendre une radiographie afin de pouvoir confirmer la nécessité d’un tel traitement.

     

  • Traitement de canal, indications

    • Carie profonde ayant atteint le nerf d’une dent.
    • Abcès ou infection perceptible sur une radiographie dentaire.
    • Dent fracturée et ne pouvant être réparée par une simple obturation.
    • Nerf inflammé ou irrité par un traumatisme.
    • Nerf inflammé ou irrité par une restauration profonde existante.
    • Dent nécessitant un pivot comme support additionnel avant la pose d’une couronne.
  • Un traitement de canal (voir vidéo) est effectué sous anesthésie locale et est tout-à-fait sans douleur.  Deux séances à quelques semaines d’intervalle sont habituellement nécessaires pour compléter les soins.  Au premier rendez-vous, votre dentiste créera d’abord l’accès à la pulpe inflammée ou infectée pour pouvoir l’enlever et nettoyer le canal. Le dentiste se sert de petits instruments appelés «limes» ainsi que d’un liquide antiseptique pour désinfecter le ou les canaux. Généralement, les incisives et canines ont un canal, les prémolaires en ont jusqu’à deux et les molaires en possèdent deux, trois ou quatre, affectant ainsi la durée et les coûts du traitement.

     

  • Traitement de canal, deuxième rendez-vous

    Au deuxième rendez-vous, le dentiste procédera à l’obturation canalaire afin de sceller le canal et d’y empêcher toute entrée bactérienne.  Cette étape sera faite à l’aide d’un matériau ressemblant à un caoutchouc qui sera cimenté et compacté dans le canal. Le dentiste aura recours à la prise de radiographies pendant la procédure pour vérifier que toutes les étapes de la désinfection se rendent à l’apex, ou le bout de la racine, et de s’assurer que le canal est bien scellé sur tout son ensemble.

  • Traitement de canal, risques

    Il y a tout de même certains risques reliés au traitement de canal mais dans très peu de cas il y a échec. Le dentiste peut cependant demander consultation ou parfois avoir recours au spécialiste endodontiste si, par exemple, un instrument demeurait coincé dans un canal, si le canal s’avérait être calcifié et impossible à nettoyer, si les instruments déviaient du trajet canalaire et causait une perforation ou s’il n’y avait aucune amélioration radiographique après six mois.  Dans ces cas, l’endodontiste, souvent muni d’un appareil ultrasonique et du microscope, saura trouver la meilleure solution pour traiter la complication.

    Il est important de bien comprendre que le traitement de canal a pour but de désinfecter le nerf d’une dent qui a été agressé par une carie, une restauration profonde, une fracture ou un traumatisme. La dent sera dévitalisée, n’aura donc plus de sensibilité, mais ceci n’empêche en aucun cas une nouvelle carie de se developper dans l’émail de cette dent.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10